Simphiwe Mayisela est l’ancien directeur de l’informatique du Public Investment Corporation (PIC) d’Afrique du Sud.

PIC est une société d’État qui détient plus de 2 000 milliards de rands (121 milliards d’euros) d’actifs. C’est le plus grand gestionnaire d’actifs en Afrique. PIC détient des participations importantes dans plusieurs entreprises sud-africaines. Environ 98 % de la valeur détenue ou supervisée par PIC appartient au gouvernement sud-africain ou à ses employés, y compris des dizaines de fonds de sécurité sociale et de retraite.

Quelques jours après sa nomination, Mayisela a été chargé d’identifier un lanceur d’alerte qui avait partagé des informations incriminantes sur le PDG du PIC à l’époque, Dan Matjila. Matjila lui a rapidement demandé de s’adresser aux services de police sud-africains afin d’identifier le lanceur d’alerte.

Mais la police s’est davantage intéressée aux informations divulguées par le lanceur d’alerte qu’à l’identité de la source. Mayisela s’est donc mis à coopérer avec la police pour les aider à analyser les allégations.

Il a été suspendu et licencié peu après et est depuis devenu un témoin clé à la Commission Mpati pour enquêter sur les transactions illicites au sein de PIC. PPLAAF lui fournit un soutien juridique et médiatique depuis 2018.