Quand un professeur en éthique doit choisir entre ses amis et mentors et l’intérêt de son pays

Ma conclusion d’alors n’était plus que Bain cachait certaines choses, ma conclusion était que Bain était impliqué dans une captation d’État
Merci à PPLAAF pour être resté à mes côtés quand beaucoup d’autres se sont défilés. Savoir que je ne suis pas seul fait une grande différence

Auteur et poète à succès, Athol Williams a remporté plusieurs prix grâce à ses écritures. Diplômé des plus prestigieuses universités dont Harvard et Oxford, il était à la fois universitaire, dirigeant d’ONG ou consultant. Aujourd’hui pourtant, Athol Williams se retrouve sans emploi et est inemployable depuis qu’il a révélé l’implication d’anciens de ses collègues et mentors de chez Bain & Company dans des affaires de captation d’État.

Athol Williams a débuté sa carrière au sein du cabinet international de conseil en stratégie basé à Boston en 1995 en tant qu’apprenti puis consultant en stratégie. Même après son départ en 2010, il a entretenu de très bons rapports avec le cabinet pour lequel il est retourné travailler à plusieurs reprises au fil des années.

L’implication de Bain & Company dans la gestion catastrophique de SARS

Il a ainsi accepté en 2018 la demande d’aide de Bain & Company mis en cause dans le démantèlement du service des impôts Sud-Africain (SARS) par la Commission d’enquête sur l’administration fiscale et la gouvernance au sein de l’administration fiscale sud-africaine (South African Revenue Service - SARS) présidée par le Juge Robert Nugent dite «  Commission Nugent » ; mise en place par le Président Ramaphosa le 23 mai 2018 après qu’il ait annoncé des mesures pour stabiliser le SARS et restaurer la crédibilité de l’institution.

Bain & Company avait alors engagé le cabinet d’avocats Baker McKenzie pour qu’une enquête supposément indépendante et objective soit menée : « Nous voulons être absolument certains que nous avons conclu notre contrat avec SARS dans le total respect des lois applicables en matière de marchés publics et que les conclusions de notre enquête sont exactes et inattaquables ».

Alors maître de conférence en éthique des affaires à l’Université du Cap (UCT), Athol Williams a été chargé par Bain & Company en tant que consultant indépendant, de superviser de septembre à décembre 2018, l’enquête menée par le cabinet d’avocats puis de rédiger un rapport sur sa fiabilité et son authenticité, à destination de la Commission Nugent.

Paradoxalement, la direction de Bain & Company et le cabinet d’avocats ont refusé de remettre à Athol Williams le rapport final du cabinet et ce malgré ses demandes répétées. Il n’aura finalement jamais eu accès à ces documents, ni même la Commission Nugent.

Ce refus a été le signal d’alarme pour Athol Williams prouvant que Bain & Company avait en réalité beaucoup à cacher malgré son apparente volonté de faire amende honorable. Mais à ce stade, il n’avait encore aucune preuve de l’implication du cabinet international dans des affaires de captation d’État. Dans son rapport final de décembre 2018 pour la Commission Nugent, il aura seulement pu indiquer son inaptitude à se prononcer sur la fiabilité de l’enquête menée par Baker McKenzie et l’échec de transparence de Bain.

La Commission Nugent a quant à elle rédigé son rapport final le 11 décembre 2018 à destination du Président Ramaphosa dans lequel elle reproche à Bain & Company d’avoir été complice des dommages causés à SARS, dont le départ de 200 de ses professionnels expérimentés, la fermeture de certaines unités et l’affaiblissement général de ses performances_._ Cette commission recommandait également l’engagement de poursuites pénales par le Ministère public dans le cadre de l’attribution d’un contrat de 164 millions de rands (9,2 millions d’euros) par Tom Mayane - ancien Commissaire de SARS - pour Bain & Company.

En réaction, Bain & Company avait remboursé dès septembre 2018 les honoraires de 9,2 millions d’euros perçus plus intérêts, pour la mission menée au sein de SARS. Le cabinet de conseil s’était également engagé à « tirer les leçons de cet épisode et de mettre en œuvre les mesures adéquates pour éviter que cela ne se reproduise ». Et en 2019, Bain & Company a décidé de rappeler Athol Williams afin qu’il participe à la mise en place et au pilotage d’un plan de redressement du cabinet et qu’il siège à leur nouveau Comité de surveillance africain. Toujours maître de conférence à l’UCT, Athol Williams devient alors partenaire à mi-temps de Bain & Company dans l’optique de créer un véritable mécanisme de réparation.

Cependant et une fois encore, des dirigeants de Bain & Company dont John Senior, Directeur de Bain & Company en Afrique du Sud, Chris Kennedy, conseiller juridique, et Dale Cottrell, Associé et responsable de l’Afrique du Sud, lui ont opposé un net refus face à ses demandes d’accès à certaines informations : « ils étaient mal à l’aise avec les questions que je posais » avait déclaré Athol Williams.

En août 2019, Athol Williams démissionne donc de chez Bain & Company. Au cours d’une interview menée par le journaliste de NewzRoom Afrika, Xoli Mngambi, Athol Williams a en effet déclaré que : « dès que j’ai eu le sentiment que Bain & Company ne s’impliquait pas dans ce plan de redressement et qu’il n’était pas enclin à être complètement honnête avec l’Afrique du Sud sur ce qui s’était réellement passé, je n’ai pas pu rester là-bas car cela signifiait pour moi devenir complice de ce qu’ils avaient fait ».

La nécessité d’un soutien effectif des lanceurs d’alerte en Afrique du Sud

En novembre 2019, Athol Williams a proposé ses services à la Commission d’enquête judiciaire sur les allégations de captation d’État présidée par le Juge Raymond Zondo dite « Commission Zondo ». Cette dernière lui a par la suite demandé de transmettre les documents qu’il avait encore en sa possession et de les rassembler dans un affidavit (déclaration sous serment des témoins à charge en droit anglo-saxon).

Athol Williams a ainsi pris six mois pour rédiger son affidavit de 700 pages sur les quelques 500 documents en sa possession. Lâché par l’UCT où le Directeur du centre dans lequel il exerçait l’a poussé à démissionner et par la société civile et journaliste malgré ses nombreuses sollicitations, Athol Williams a su trouver une écoute et un soutien juridique avec PPLAAF.

« Lorsque la plupart des organisations m’ont tourné le dos, PPLAAF a été là ! ».

C’est en rédigeant sa déclaration sous serment pour la Commission Zondo et en analysant les 500 documents en sa possession qu’Athol Williams est arrivé à la conclusion que non seulement Bain & Company avait caché un certain nombre d’éléments graves mais que le cabinet avait participé à la mise en place d’une captation d’État.

PPLAAF a en outre mené une enquête approfondie sur la captation de SARS, appuyant et corroborant les propos d’Athol Williams. Il en ressort notamment que Bain & Company aurait entretenu des liens étroits avec l’ancien Président Jacob Zuma pour promouvoir les objectifs politiques du parti au pouvoir (l’ANC – African National Congress) et remodeler l’économie sud-africaine à leur avantage.

En outre, l’ensemble des éléments découverts démontrent qu’en réalité, le remboursement des honoraires de 9,2 millions d’euros par Bain & Company, démontrant sa supposée bonne foi, n’équivaut nullement aux pertes effectivement causées par Bain à l’économie sud-africaine.

Intègre et dévoué envers son pays, Athol Williams a perdu amis, carrière et sources de revenus pour défendre les intérêts de l’Afrique du Sud. Ses révélations ont pesé lourdement sur sa santé et sa famille. En effet, Bain & Company aurait voulu faire pression sur Athol Williams en tentant de le soudoyer en échange de son silence et en le menaçant par l’intermédiaire de ses avocats.

Le cabinet de conseil a en effet beaucoup à perdre, tant en Afrique du Sud qu’aux Etats-Unis : « Bain avait informé le Département de la justice américain des problèmes dans lesquels ils étaient impliqués, et ils ne pouvaient s’écarter de cette version » avait déclaré Athol Williams.

Lors de son intervention à la Commission Zondo où il reçut un soutien juridique de PPLAAF, Athol Williams a appelé le Juge Zondo à mettre en œuvre une véritable protection des lanceurs d’alerte sans lesquels la Commission n’aurait pas eu accès à certaines informations, comme l’a lui-même reconnu le Juge Zondo.

Par ailleurs, en juin 2021, Athol Williams a publié son sixième recueil de poèmes intitulé « Whistleblowing », dans lequel il revient sur sa pénible expérience et sur les injustices en Afrique du Sud causées ou entretenues par la corruption tant politique qu’économique.